Discussion:
Alim en discrets.
(trop ancien pour répondre)
Jean-Christophe
2017-08-23 06:46:36 UTC
Permalink
Un circuit de régulation d'alim en composants
discrets (entrée à gauche, sortie à droite)
Le principe de base m'a l'air OK mais si
vous avez des commentaires c'est OK aussi.
Loading Image...

Ma question concerne surout la protection de cette alim
contre les C.C, avec une résistance en série sur la sortie
et 2 transistors en plus, pour abaisser la tension de référence.
Loading Image...
Sur le papier ça me semble OK mais est-ce bien le cas ?

TIA
JKB
2017-08-23 10:22:33 UTC
Permalink
Le Wed, 23 Aug 2017 08:46:36 +0200,
Post by Jean-Christophe
Un circuit de régulation d'alim en composants
discrets (entrée à gauche, sortie à droite)
Le principe de base m'a l'air OK mais si
vous avez des commentaires c'est OK aussi.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgQ2Oerwh_01.gif
Peut mieux faire.

D'une part, je ne comprendrais jamais ces gens qui utilisent une
Zener côté non régulé parce qu'une Zener n'est vraiment pas un
composant correct pour une régulation (Vz dépend assez fortement du
courant). D'autre part, pourquoi utiliser un ballast en PNP ?

Il faut limiter le courant dans la Zener et le rendre aussi stable
que possible. Regarde ceci :

Loading Image...

Naturellement, ce schéma est un schéma de principe, il faut rajouter
des capas de 10nF sur au moins deux des quatre diodes de
redressement. Ça fait vingt ans que j'utilise ce principe sans aucun
problème.

Le courant dans D5 est quasiment constant (c'est pour cela qu'on
utilise un montage Darlington Q4/Q6 et que la polarisation est faite
côté tension régulée). R5 sert à contrôler la tension de sortie
finement. Q5 écroule la tension de la base de Q2 en cas de
surintensitée. Q1/Q2 est un autre montage Darlington pour que le
courant de base de Q2 soit négligeable devant celui qui passe dans
Q3. Le feedback n'est pas pris sur R7 (il le pourrait) pour que le
courant dans D5 soit constant et ne dépende pas du courant de base.

Tu peux tirer un assez fort courant de Q1, tu peux aussi rajouter
des zistors en parallèle, mais en les équilibrant avec une
résistance d'émetteur (sinon, paf, les transistors !). Avec ce genre
de schéma, je sors jusqu'à 50A d'un rail de 2N3055.
Post by Jean-Christophe
Ma question concerne surout la protection de cette alim
contre les C.C, avec une résistance en série sur la sortie
et 2 transistors en plus, pour abaisser la tension de référence.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgRufP5Ch_02.gif
Sur le papier ça me semble OK mais est-ce bien le cas ?
Ça devrait fonctionner. Mais ce n'est pas simple et ce n'est
vraiment pas ce qui me dérange le plus dans le principe de
fonctionnement.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-23 13:54:17 UTC
Permalink
Post by Jean-Christophe
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgQ2Oerwh_01.gif
"JKB"
Peut mieux faire. D'une part, je ne comprendrais jamais
ces gens qui utilisent une Zener côté non régulé
parce qu'une Zener n'est vraiment pas un composant correct
pour une régulation (Vz dépend assez fortement du courant).
J'avais pensé alimenter cette zener via un géné de
courant réalisé avec un transistor à la place de R29.
D'autre part, pourquoi utiliser un ballast en PNP ?
Je voulais que le ballast soit sur la ligne positive et qu'il sorte sur son
collecteur, avec un NPN il aurait fallu un transistor supplémentaire.
Il faut limiter le courant dans la Zener et le rendre aussi stable
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/media/blogs/loubardes/filament_300mA.png
Naturellement, ce schéma est un schéma de principe, il faut rajouter
des capas de 10nF sur au moins deux des quatre diodes de
redressement. Ça fait vingt ans que j'utilise ce principe sans aucun
problème.
Le courant dans D5 est quasiment constant (c'est pour cela qu'on
utilise un montage Darlington Q4/Q6 et que la polarisation est faite
côté tension régulée). R5 sert à contrôler la tension de sortie
finement. Q5 écroule la tension de la base de Q2 en cas de
surintensitée. Q1/Q2 est un autre montage Darlington pour que le
courant de base de Q2 soit négligeable devant celui qui passe dans
Q3. Le feedback n'est pas pris sur R7 (il le pourrait) pour que le
courant dans D5 soit constant et ne dépende pas du courant de base.
Tu peux tirer un assez fort courant de Q1, tu peux aussi rajouter
des zistors en parallèle, mais en les équilibrant avec une
résistance d'émetteur (sinon, paf, les transistors !). Avec ce genre
de schéma, je sors jusqu'à 50A d'un rail de 2N3055.
Ok merci pour le principe.
Post by Jean-Christophe
protection de cette alim contre les C.C
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgRufP5Ch_02.gif
Sur le papier ça me semble OK mais est-ce bien le cas ?
Ça devrait fonctionner. Mais ce n'est pas simple et ce n'est
vraiment pas ce qui me dérange le plus dans le principe de
fonctionnement.
M'enfin ...
ça semble fonctionnel.
Perso, quitte à faire simple j'aurai tendance à ramener la mesure en
amont du ballast et faire cracher Q3 directement sur l’émetteur du
driver (Q9 je crois c'est petit!!!)
Là j'ai pas compris. Tu m'expliques STP ?
( je remets un crobard plus grand )
Loading Image...
D13 (ou 15 ?) me semble superflue
Quand on coupe le jus en amont, D18 est là pour vider C12 et
D17 est là pour écouler le courant dû à une éventuelle tension
encore présente en sortie (dû à ce qui peut être présent en aval)
Peut-être qu'on peut s'en passer. Bon, c'est pas le plus important.
par contre ça manque de filtrage en sortie.
Ce qui m'intéresse le plus c'est de savoir si j'ai bien
prévu le coup en cas de court-circuit franc de la sortie.
Là c'est prévu pour que le courant à travers R19 rende Q8
conducteur pour que, via Q10, il réduise la tension de base
de Q9 donc via Q7 la tension de sortie de l'alim. Il faut vraiment
que le montage réagisse vite pour ne pas cramer les transistors.

J'avais pensé mettre un thyristor à la place de Q10 pour
que l'alim se mette HS, avec un switch pour la réenclencher
manuellement, mais je préfère un truc automatique.
JKB
2017-08-23 14:24:37 UTC
Permalink
Le Wed, 23 Aug 2017 15:54:17 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by Jean-Christophe
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgQ2Oerwh_01.gif
"JKB"
Peut mieux faire. D'une part, je ne comprendrais jamais
ces gens qui utilisent une Zener côté non régulé
parce qu'une Zener n'est vraiment pas un composant correct
pour une régulation (Vz dépend assez fortement du courant).
J'avais pensé alimenter cette zener via un géné de
courant réalisé avec un transistor à la place de R29.
D'autre part, pourquoi utiliser un ballast en PNP ?
Je voulais que le ballast soit sur la ligne positive et qu'il sorte sur son
collecteur, avec un NPN il aurait fallu un transistor supplémentaire.
Pourquoi ?
Post by Jean-Christophe
Il faut limiter le courant dans la Zener et le rendre aussi stable
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/media/blogs/loubardes/filament_300mA.png
Naturellement, ce schéma est un schéma de principe, il faut rajouter
des capas de 10nF sur au moins deux des quatre diodes de
redressement. Ça fait vingt ans que j'utilise ce principe sans aucun
problème.
Le courant dans D5 est quasiment constant (c'est pour cela qu'on
utilise un montage Darlington Q4/Q6 et que la polarisation est faite
côté tension régulée). R5 sert à contrôler la tension de sortie
finement. Q5 écroule la tension de la base de Q2 en cas de
surintensitée. Q1/Q2 est un autre montage Darlington pour que le
courant de base de Q2 soit négligeable devant celui qui passe dans
Q3. Le feedback n'est pas pris sur R7 (il le pourrait) pour que le
courant dans D5 soit constant et ne dépende pas du courant de base.
Tu peux tirer un assez fort courant de Q1, tu peux aussi rajouter
des zistors en parallèle, mais en les équilibrant avec une
résistance d'émetteur (sinon, paf, les transistors !). Avec ce genre
de schéma, je sors jusqu'à 50A d'un rail de 2N3055.
Ok merci pour le principe.
Post by Jean-Christophe
protection de cette alim contre les C.C
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgRufP5Ch_02.gif
Sur le papier ça me semble OK mais est-ce bien le cas ?
Ça devrait fonctionner. Mais ce n'est pas simple et ce n'est
vraiment pas ce qui me dérange le plus dans le principe de
fonctionnement.
M'enfin ...
ça semble fonctionnel.
Perso, quitte à faire simple j'aurai tendance à ramener la mesure en
amont du ballast et faire cracher Q3 directement sur l’émetteur du
driver (Q9 je crois c'est petit!!!)
Là j'ai pas compris. Tu m'expliques STP ?
( je remets un crobard plus grand )
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxnPEt6Xkh_03.gif
Je pense qu'Olivier voulait sire que ta mesure de courant faite par
R19 et R22 serait volontier faite en amont de Q7.
Post by Jean-Christophe
D13 (ou 15 ?) me semble superflue
Quand on coupe le jus en amont, D18 est là pour vider C12 et
D17 est là pour écouler le courant dû à une éventuelle tension
encore présente en sortie (dû à ce qui peut être présent en aval)
Peut-être qu'on peut s'en passer. Bon, c'est pas le plus important.
par contre ça manque de filtrage en sortie.
Ce qui m'intéresse le plus c'est de savoir si j'ai bien
prévu le coup en cas de court-circuit franc de la sortie.
Là c'est prévu pour que le courant à travers R19 rende Q8
conducteur pour que, via Q10, il réduise la tension de base
de Q9 donc via Q7 la tension de sortie de l'alim. Il faut vraiment
que le montage réagisse vite pour ne pas cramer les transistors.
J'avais pensé mettre un thyristor à la place de Q10 pour
que l'alim se mette HS, avec un switch pour la réenclencher
manuellement, mais je préfère un truc automatique.
Le problème avec ton schéma, c'est qu'il te faut calculer la
dissipation maximale de Q7 au moment où Q8 bascule parce qu'il peut
rester gentiment dans un mode linéaire si tu consommes juste la
consigne. Et gaffe aux oscillations. Il faut prendre ce schéma comme
une protection face à un courant maximal, mais pas comme un fusible.
Si tu veux protéger ce qu'il y a derrière (ta charge R26), il vaut
mieux utiliser le bon vieux truc à base de fusible et de thyristor.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-23 14:57:44 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgQ2Oerwh_01.gif
pourquoi utiliser un ballast en PNP ?
Je voulais que le ballast soit sur la ligne positive et qu'il sorte sur son
collecteur, avec un NPN il aurait fallu un transistor supplémentaire.
Pourquoi ?
J'ai l'impression qu'on ne se comprend pas (?)
Sur le schéma ci-dessus, si je remplace le ballast par un NPN
alors sa sortie sera sur son emetteur et non sur son collecteur.
Et il faudrait un PNP en darlington sur sa base pour
respecter la condition de phase du comparateur Q12.
Là j'ai juste 2 transistors. Pourquoi pas un PNP en ballast ?
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
ça semble fonctionnel.
Perso, quitte à faire simple j'aurai tendance à ramener la mesure en
amont du ballast et faire cracher Q3 directement sur l’émetteur du
driver (Q9 je crois c'est petit!!!)
Là j'ai pas compris. Tu m'expliques STP ?
( je remets un crobard plus grand )
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxnPEt6Xkh_03.gif
Je pense qu'Olivier voulait sire que ta mesure de courant faite
par R19 et R22 serait volontier faite en amont de Q7.
Oui, ok.
Post by JKB
Le problème avec ton schéma, c'est qu'il te faut calculer la
dissipation maximale de Q7 au moment où Q8 bascule parce qu'il peut
rester gentiment dans un mode linéaire si tu consommes juste la
consigne.
Oui. En cas de C.C le courant dans la charge ne doit
pas monter au-dessus du maximum fixé par le circuit.
Le but n'est pas de laisser l'alim dans cet état,
mais d'éviter qu'elle dégage en cas de C.C.
Post by JKB
Et gaffe aux oscillations.
Oui. Je n'en suis pas encore là mais suppose que quelques
capas bien placées devraient pouvoir diminuer les gains HF
mais sans trop augmenter le temps de réponse non plus.
Post by JKB
Il faut prendre ce schéma comme une protection face
à un courant maximal, mais pas comme un fusible.
Oui, tout à fait.
Post by JKB
Si tu veux protéger ce qu'il y a derrière (ta charge R26), il vaut
mieux utiliser le bon vieux truc à base de fusible et de thyristor.
Je cherchais un peu à retrouver le principe de protection
de régulos genre 78xx contre les court-circuits, mais sans
aller jusqu'à pomper honteusement leur schéma.
JKB
2017-08-23 17:28:42 UTC
Permalink
Le Wed, 23 Aug 2017 16:57:44 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgQ2Oerwh_01.gif
pourquoi utiliser un ballast en PNP ?
Je voulais que le ballast soit sur la ligne positive et qu'il sorte sur son
collecteur, avec un NPN il aurait fallu un transistor supplémentaire.
Pourquoi ?
J'ai l'impression qu'on ne se comprend pas (?)
Sur le schéma ci-dessus, si je remplace le ballast par un NPN
alors sa sortie sera sur son emetteur et non sur son collecteur.
Et il faudrait un PNP en darlington sur sa base pour
respecter la condition de phase du comparateur Q12.
Dans le schéma que je t'ai indiqué, il y a un NPN.
Post by Jean-Christophe
Là j'ai juste 2 transistors. Pourquoi pas un PNP en ballast ?
Parce qu'il est plus facile de faire se déplacer des électrons que
des trous ?

Plus sérieusement, les NPN ont des caractéristiques souvent bien
meilleures que les PNP.
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
ça semble fonctionnel.
Perso, quitte à faire simple j'aurai tendance à ramener la mesure en
amont du ballast et faire cracher Q3 directement sur l’émetteur du
driver (Q9 je crois c'est petit!!!)
Là j'ai pas compris. Tu m'expliques STP ?
( je remets un crobard plus grand )
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxnPEt6Xkh_03.gif
Je pense qu'Olivier voulait sire que ta mesure de courant faite
par R19 et R22 serait volontier faite en amont de Q7.
Oui, ok.
Post by JKB
Le problème avec ton schéma, c'est qu'il te faut calculer la
dissipation maximale de Q7 au moment où Q8 bascule parce qu'il peut
rester gentiment dans un mode linéaire si tu consommes juste la
consigne.
Oui. En cas de C.C le courant dans la charge ne doit
pas monter au-dessus du maximum fixé par le circuit.
Le but n'est pas de laisser l'alim dans cet état,
mais d'éviter qu'elle dégage en cas de C.C.
Post by JKB
Et gaffe aux oscillations.
Oui. Je n'en suis pas encore là mais suppose que quelques
capas bien placées devraient pouvoir diminuer les gains HF
mais sans trop augmenter le temps de réponse non plus.
Post by JKB
Il faut prendre ce schéma comme une protection face
à un courant maximal, mais pas comme un fusible.
Oui, tout à fait.
Post by JKB
Si tu veux protéger ce qu'il y a derrière (ta charge R26), il vaut
mieux utiliser le bon vieux truc à base de fusible et de thyristor.
Je cherchais un peu à retrouver le principe de protection
de régulos genre 78xx contre les court-circuits, mais sans
aller jusqu'à pomper honteusement leur schéma.
JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Look165
2017-08-23 18:00:51 UTC
Permalink
Pourtant un LM317 avec 3 bricoles autour (Résistances, capas, potar) et
un ballast avec une régul de courant (un trans et une résistance) sur la
ligne masse, c'est si simple.
Post by JKB
Le Wed, 23 Aug 2017 16:57:44 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgQ2Oerwh_01.gif
pourquoi utiliser un ballast en PNP ?
Je voulais que le ballast soit sur la ligne positive et qu'il sorte sur son
collecteur, avec un NPN il aurait fallu un transistor supplémentaire.
Pourquoi ?
J'ai l'impression qu'on ne se comprend pas (?)
Sur le schéma ci-dessus, si je remplace le ballast par un NPN
alors sa sortie sera sur son emetteur et non sur son collecteur.
Et il faudrait un PNP en darlington sur sa base pour
respecter la condition de phase du comparateur Q12.
Dans le schéma que je t'ai indiqué, il y a un NPN.
Post by Jean-Christophe
Là j'ai juste 2 transistors. Pourquoi pas un PNP en ballast ?
Parce qu'il est plus facile de faire se déplacer des électrons que
des trous ?
Plus sérieusement, les NPN ont des caractéristiques souvent bien
meilleures que les PNP.
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
ça semble fonctionnel.
Perso, quitte à faire simple j'aurai tendance à ramener la mesure en
amont du ballast et faire cracher Q3 directement sur l’émetteur du
driver (Q9 je crois c'est petit!!!)
Là j'ai pas compris. Tu m'expliques STP ?
( je remets un crobard plus grand )
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxnPEt6Xkh_03.gif
Je pense qu'Olivier voulait sire que ta mesure de courant faite
par R19 et R22 serait volontier faite en amont de Q7.
Oui, ok.
Post by JKB
Le problème avec ton schéma, c'est qu'il te faut calculer la
dissipation maximale de Q7 au moment où Q8 bascule parce qu'il peut
rester gentiment dans un mode linéaire si tu consommes juste la
consigne.
Oui. En cas de C.C le courant dans la charge ne doit
pas monter au-dessus du maximum fixé par le circuit.
Le but n'est pas de laisser l'alim dans cet état,
mais d'éviter qu'elle dégage en cas de C.C.
Post by JKB
Et gaffe aux oscillations.
Oui. Je n'en suis pas encore là mais suppose que quelques
capas bien placées devraient pouvoir diminuer les gains HF
mais sans trop augmenter le temps de réponse non plus.
Post by JKB
Il faut prendre ce schéma comme une protection face
à un courant maximal, mais pas comme un fusible.
Oui, tout à fait.
Post by JKB
Si tu veux protéger ce qu'il y a derrière (ta charge R26), il vaut
mieux utiliser le bon vieux truc à base de fusible et de thyristor.
Je cherchais un peu à retrouver le principe de protection
de régulos genre 78xx contre les court-circuits, mais sans
aller jusqu'à pomper honteusement leur schéma.
JKB
Jean-Christophe
2017-08-24 07:41:59 UTC
Permalink
Post by JKB
Dans le schéma que je t'ai indiqué, il y a un NPN.
Oui, avec sortie sur l'émetteur donc.
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Pourquoi pas un PNP en ballast ?
Parce qu'il est plus facile de faire se déplacer des électrons
que des trous ? Plus sérieusement, les NPN ont des
caractéristiques souvent bien meilleures que les PNP.
La mobilité des porteurs (à l'opposé de la poste)
je ne voyais pas ça critique pour une alim continue.

J'ai regardé ton schéma pour comprendre comment
il fonctionne, et ce qui m'avait échappé dans le mien.
Entre autres, comment la zener pourrait elle-même stabiliser
le courant qui la traverse : ça me semblait être un cercle vicieux.

Est-ce que R1 n'apporte pas d'ondulation en aval ?
Est-ce que R6/Q5 est un limiteur de courant ?
Est-ce que Q4/Q6 sont là pour transformer D5 en zener de puissance ?

En simplifiant (pour piger le principe)
est-ce que ça correspond bien à ça ?
Loading Image...
JKB
2017-08-24 08:37:10 UTC
Permalink
Le Thu, 24 Aug 2017 09:41:59 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Dans le schéma que je t'ai indiqué, il y a un NPN.
Oui, avec sortie sur l'émetteur donc.
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Pourquoi pas un PNP en ballast ?
Parce qu'il est plus facile de faire se déplacer des électrons
que des trous ? Plus sérieusement, les NPN ont des
caractéristiques souvent bien meilleures que les PNP.
La mobilité des porteurs (à l'opposé de la poste)
je ne voyais pas ça critique pour une alim continue.
J'ai regardé ton schéma pour comprendre comment
il fonctionne, et ce qui m'avait échappé dans le mien.
Entre autres, comment la zener pourrait elle-même stabiliser
le courant qui la traverse : ça me semblait être un cercle vicieux.
La Zener ne stabilise pas le courant qui la traverse. Mais la
tension aux bornes de D5/R7 est fixe, donc le courant qui traverse
D5/R7 est aussi fixe parce que le courant de base du Darlington
Q4/Q6 est négligeable devant le courant traversant la Zener.
Post by Jean-Christophe
Est-ce que R1 n'apporte pas d'ondulation en aval ?
Non. Pourquoi ? Il faut la choisir correctement, c'est tout. Tu
auras plus de risque d'ondulation en cas de variation de courant en
oubliant une capacité en parallèle sur le feedback.
Post by Jean-Christophe
Est-ce que R6/Q5 est un limiteur de courant ?
Oui. Lorsque la tension aux bornes de R6 dépasse la tension Vbe de
Q5, il devient passant et tire la base de Q2 vers la masse.
Post by Jean-Christophe
Est-ce que Q4/Q6 sont là pour transformer D5 en zener de puissance ?
C'est un peu l'idée (mais avec deux Vbe en sus).
Post by Jean-Christophe
En simplifiant (pour piger le principe)
est-ce que ça correspond bien à ça ?
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHyhNQxu3kh_04.gif
Sur le principe, c'est ça.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-24 09:18:51 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
comment la zener pourrait elle-même
stabiliser le courant qui la traverse
La Zener ne stabilise pas le courant qui la traverse.
Mais la tension aux bornes de D5/R7 est fixe
Cette tension a bien une ondulation résiduelle provenant
du secondaire du transfo redressé et filtré, non ?
Post by JKB
donc le courant qui traverse D5/R7 est aussi fixe
parce que le courant de base du Darlington Q4/Q6
est négligeable devant le courant traversant la Zener.
Post by Jean-Christophe
Est-ce que R1 n'apporte pas d'ondulation en aval ?
Non. Pourquoi ?
En amont de R1 on a une tension redressée filtrée,
l'ondulation résiduelle passe via R1 sur la base du
darlington Q1/Q2 et se retrouve sur son émetteur, non ?

J'ai l'impression qu'un truc m'échappe encore. Tu dis
de placer la zener en aval du ballast et non en amont.
Or si c'est stabilisé en aval c'est bien grâce à cette zener.
D'où mon incompréhension du fait que c'est la zener qui
semble stabiliser elle-même la tension qui l'alimente en amont.
Post by JKB
Il faut la choisir correctement, c'est tout.
Tu auras plus de risque d'ondulation en cas de variation de
courant en oubliant une capacité en parallèle sur le feedback.
Post by Jean-Christophe
Est-ce que R6/Q5 est un limiteur de courant ?
Oui. Lorsque la tension aux bornes de R6 dépasse la tension Vbe
de Q5, il devient passant et tire la base de Q2 vers la masse.
Yep.
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Est-ce que Q4/Q6 sont là pour transformer D5 en zener de puissance ?
C'est un peu l'idée (mais avec deux Vbe en sus).
Ok.
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
En simplifiant (pour piger le principe)
est-ce que ça correspond bien à ça ?
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHyhNQxu3kh_04.gif
Sur le principe, c'est ça.
Merci. Je réalise qu'à force d'utiliser des chips "kifontou" au lieu de
concevoir des circuits en discrets, j'ai perdu plein de bons réflexes.
A force on finit par perdre de la capacité de réflexion sur les circuits.

Je vais continuer à poster des crobards de la même mouture;
y'aura bien un ou deux Véritables pour s'y intéresser ... et un ou
deux visages-pâles pour dire qu'on fait mieux avec un seul chip :-)
JKB
2017-08-24 09:48:27 UTC
Permalink
Le Thu, 24 Aug 2017 11:18:51 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
comment la zener pourrait elle-même
stabiliser le courant qui la traverse
La Zener ne stabilise pas le courant qui la traverse.
Mais la tension aux bornes de D5/R7 est fixe
Cette tension a bien une ondulation résiduelle provenant
du secondaire du transfo redressé et filtré, non ?
Et régulée par Q1.
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
donc le courant qui traverse D5/R7 est aussi fixe
parce que le courant de base du Darlington Q4/Q6
est négligeable devant le courant traversant la Zener.
Post by Jean-Christophe
Est-ce que R1 n'apporte pas d'ondulation en aval ?
Non. Pourquoi ?
En amont de R1 on a une tension redressée filtrée,
l'ondulation résiduelle passe via R1 sur la base du
darlington Q1/Q2 et se retrouve sur son émetteur, non ?
Non. Le système compoare la tension de sortie à la tension Zener
(modulo quelques Vbe). Q3 est là pour compenser justement cette
fluctuation.
Post by Jean-Christophe
J'ai l'impression qu'un truc m'échappe encore. Tu dis
de placer la zener en aval du ballast et non en amont.
Or si c'est stabilisé en aval c'est bien grâce à cette zener.
D'où mon incompréhension du fait que c'est la zener qui
semble stabiliser elle-même la tension qui l'alimente en amont.
Je vais te le faire avec les doigts.

Lorsque tu allumes le circuit, tu as un 0V en sortie. Q3 est passant
et D5 est polarisé au travers de Q4 et Q6.

La tension à l'émetteur de Q4 monte et vaut Vz'=Vz+Vbe(Q4)+Vbe(Q6).
La tension sur le doigt de R5 vaut alors Vz'+Vbe(Q3).

Tu te retrouves donc avec une tension Vs (sortie du montage)
constante puisque le courant dans la base de Q3 est négligeable
(largement moins de 1 mA chez moi). Comme cette tension est
constante, le courant dans D5 l'est aussi parce qu'il y a un Darlington
pour éviter les oscillations dues à la Zener (la variation du
courant dans Q4 impose une variation du courant de base de Q4 donc
de la polarisation de la Zener qui n'est pas idéale du tout...).
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Il faut la choisir correctement, c'est tout.
Tu auras plus de risque d'ondulation en cas de variation de
courant en oubliant une capacité en parallèle sur le feedback.
Post by Jean-Christophe
Est-ce que R6/Q5 est un limiteur de courant ?
Oui. Lorsque la tension aux bornes de R6 dépasse la tension Vbe
de Q5, il devient passant et tire la base de Q2 vers la masse.
Yep.
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Est-ce que Q4/Q6 sont là pour transformer D5 en zener de puissance ?
C'est un peu l'idée (mais avec deux Vbe en sus).
Ok.
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
En simplifiant (pour piger le principe)
est-ce que ça correspond bien à ça ?
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHyhNQxu3kh_04.gif
Sur le principe, c'est ça.
Merci. Je réalise qu'à force d'utiliser des chips "kifontou" au lieu de
concevoir des circuits en discrets, j'ai perdu plein de bons réflexes.
A force on finit par perdre de la capacité de réflexion sur les circuits.
Je vais continuer à poster des crobards de la même mouture;
y'aura bien un ou deux Véritables pour s'y intéresser ... et un ou
deux visages-pâles pour dire qu'on fait mieux avec un seul chip :-)
La prochaine fois, tu feras la même chose avec une EL34 en frille
commune et une EF80 :-P

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-24 10:13:00 UTC
Permalink
Post by JKB
Lorsque tu allumes le circuit, tu as un 0V en sortie.
Q3 est passant et D5 est polarisé au travers de Q4 et Q6.
La tension à l'émetteur de Q4 monte et vaut Vz'=Vz+Vbe(Q4)+Vbe(Q6).
La tension sur le doigt de R5 vaut alors Vz'+Vbe(Q3).
Tu te retrouves donc avec une tension Vs (sortie du montage)
constante puisque le courant dans la base de Q3 est négligeable
(largement moins de 1 mA chez moi). Comme cette tension est
constante, le courant dans D5 l'est aussi parce qu'il y a un Darlington
pour éviter les oscillations dues à la Zener (la variation du
courant dans Q4 impose une variation du courant de base de Q4 donc
de la polarisation de la Zener qui n'est pas idéale du tout...).
Merci.
Post by JKB
La prochaine fois, tu feras la même chose avec
une EL34 en frille commune et une EF80 :-P
Grillé !
olivier B.
2017-08-24 09:04:58 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Là j'ai juste 2 transistors. Pourquoi pas un PNP en ballast ?
Plus sérieusement, les NPN ont des caractéristiques souvent bien
meilleures que les PNP.
certes, mais ça augmente la tension de déchet, à moins de réguler coté
négatif, du coups c'est un choix à faire.
bilou
2017-08-23 14:07:00 UTC
Permalink
Post by Jean-Christophe
Je voulais que le ballast soit sur la ligne positive et qu'il sorte sur son
collecteur, avec un NPN il aurait fallu un transistor supplémentaire.
Sage décision qui minimise sérieusement la tension de dechet de l'alim.
Otomatic
2017-08-24 08:06:37 UTC
Permalink
Post by JKB
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/media/blogs/loubardes/filament_300mA.png
Bonjour,

Un petit peu en dehors de l'électronique pure.
Ce schéma me fait penser à ceux que je créais vers 1988/95 avec Orcad
sous DOS sur PC.
Que j'aimerais retrouver un logiciel de dessin de circuit, aussi simple
d'emploi et où on pouvais créer ses propres composants... sous Windows.
--
Aujourd'hui, l'idéal du progrès est remplacé par l'idéal de l'innovation :
il ne s'agit pas que ce soit mieux, il s'agit seulement que ce soit nouveau,
même si c'est pire qu'avant et cela de toute évidence. Montherlant
Technologie aéronautique - http://aviatechno.net - Les anciens de Vilgénis
Jean-Christophe
2017-08-24 08:25:20 UTC
Permalink
Post by Otomatic
Ce schéma me fait penser à ceux que je créais
vers 1988/95 avec Orcad sous DOS sur PC.
Que j'aimerais retrouver un logiciel de dessin de circuit,
aussi simple d'emploi et où on pouvais créer ses propres
composants... sous Windows.
Vois Autodesk et dégotte une version libre de Eagle :
https://www.autodesk.com/products/eagle/free-download

Perso j'ai fini par m'écrire en C mon propre soft Windows
d'édition de schémas avec sa lib de composants "à la main".
http://powerdown.free.fr/io/b/
Post by Otomatic
il ne s'agit pas que ce soit mieux, il s'agit seulement que ce soit nouveau,
même si c'est pire qu'avant et cela de toute évidence.
A qui le dis-tu ...

Pas inintéressant ton site.
http://aviatechno.net/trans/ampli_magnetic.php
Otomatic
2017-08-24 20:16:04 UTC
Permalink
Post by Jean-Christophe
Pas inintéressant ton site.
http://aviatechno.net/trans/ampli_magnetic.php
Merci.
Rédigé relativement récemment : avril 2015, onze ans après l'arrêt de ma
vie professionnelle et plus de vingt ans après avoir dépanné le dernier
circuit avec des amplis magnétiques ; donc il peut y subsister des
erreurs, la mémoire devenant de plus en plus faillible avec l'âge.

D'un autre côté, j'aime bien la partie explicative sur les
Thermocouples. Tout au long de ma vie professionnelle, je n'ai pas
arrêté de me battre contre la méconnaissance du fonctionnement de
ceux-ci.
--
Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort
qu'ils ont forcément raison. Coluche
Otomatic
2017-08-27 07:26:58 UTC
Permalink
Post by Jean-Christophe
Pas inintéressant ton site.
http://aviatechno.net/trans/ampli_magnetic.php
Bonjour,

En plus des explications sur les amplificateurs magnétiques, on peut y
trouver :
HANBOOK OF MAINTENANCE INSTRUCTIONS
FOR RADIO RECEIVERS BC-348-J, BC-348-N and BC-348-Q
84 pages avec tous les schémas
http://aviatechno.net/constellation/bc348.php

HANDBOOK MAINTENANCE INSTRUCTIONS
RADIO TRANSMITTING SET AN/ART-13A
264 pages avec tous les schémas
http://aviatechno.net/constellation/art13.php

Feuilletable page par page et téléchargeable en pdf.

Nota : Avec Firefox par exemple, pour que ça fonctionne, il faut :
Outils -> Modules complémentaires -> Shockwave Flash -> Options
- Décochez Bloquer les contenus Flash intrusifs et dangereux.
- Décochez Activer le mode protégé d'Adobe Flash.
Redémarrer Firefox
--
Un ordinateur résout des problèmes que nous n'aurions pas sans lui
Technique aéronautique : http://aviatechno.net
Jacques DASSIÉ
2017-08-28 04:30:04 UTC
Permalink
Post by Otomatic
Post by Jean-Christophe
Pas inintéressant ton site.
http://aviatechno.net/trans/ampli_magnetic.php
Bonjour,
En plus des explications sur les amplificateurs magnétiques, on peut y
HANBOOK OF MAINTENANCE INSTRUCTIONS
FOR RADIO RECEIVERS BC-348-J, BC-348-N and BC-348-Q
84 pages avec tous les schémas
http://aviatechno.net/constellation/bc348.php
Tu ne peux t'imaginer ce que ton post vient de faire ressurgir comme
souvenirs frais, intacts et vivants !

En 1948, j'étais ouvrier d'état, personnel civil du Ministère de la
Guerre.
Je travaillais au Fort d'Issy-lès-Moulineaux où, toute la journée, je
dépannais, réglais et alignais, des... BC-348 ! (Et autres matériels
radio américains, jusqu'aux gros émetteurs 399, avec des 250TH !)

Merci à toi
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
bp
2017-08-28 07:51:44 UTC
Permalink
Dans son message précédent, Jacques DASSIÉ a écrit :

Bonjour Jacques,
votre nom titille mes quelques neurones.

mon mail privé :
poubelle arobace bernardpouss point in
ou
contact sur

http://93kf.alwaysdata.net/

merci
JKB
2017-08-24 08:38:35 UTC
Permalink
Le Thu, 24 Aug 2017 10:06:37 +0200,
Post by Otomatic
Post by JKB
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/media/blogs/loubardes/filament_300mA.png
Bonjour,
Un petit peu en dehors de l'électronique pure.
Ce schéma me fait penser à ceux que je créais vers 1988/95 avec Orcad
sous DOS sur PC.
Que j'aimerais retrouver un logiciel de dessin de circuit, aussi simple
d'emploi et où on pouvais créer ses propres composants... sous Windows.
Bonjour,

Le logiciel en question est ce que j'utilisais il y a fort longtemps
sur une SparcStation 20 et s'appelle gschem. Je le considère comme
une bouse infâme.

Dans les outils simples et puissant, il y a Kicad.

Cordialement,

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Benoit-Pierre DEMAINE
2017-08-24 12:15:16 UTC
Permalink
Post by JKB
gschem. Je le considère comme
une bouse infâme.
Il est toujours distribué sous Linux.

Comme tout logiciel Linux, les mirror-archives te permettront de
télécharger les versions de ton enfance.

Pour l'execution, installer VirtualBox, puis, dépoussiérer un Windows
d'antant. Dans VB, on peut rouler un MSDOS6 des cavernes, ou un Windows
3.11. Si on a conservé les installateurs originaux. Mes disquettes sont
toutes mortes avec le temps, mais, je les ai toutes backupées; donc je
suis à ce jour capable d'installer le même MS-DOS qu'il y a 21 ans, et
d'en avoir un usage identique ... dans VB.

J'ai même encore des licenses neuves sous Blister de certaines choses
d'avant 2000.

Quand VB est pas content, prendre Qemu.

Tout ça n'est que du soft. Mais si tu aimais Orcad ... tu peux toujours, à
ce jour, l'executer.

Si tu as perdu tes licenses, tu as deux alternatives:
- les sites d'abandonwares (certains vieux logiciels propriétaires sont
désormais en distribution libre; une fois que l'éditeur a déposé le bilan,
il n'y a plus personne pour réclamer les droits; la publication reste en
soit illégale, mais il n'y a plus personne pour t'attaquer, donc, ça se
publie - puis certaines boites ont publié des notes la veille de leur
dépot de bilan "bon bah, on autorise tout le monde à faire ce qu'il veut
avec tout ce qu'ils ont acheté chez nous, chao").
- les gens qui réécrivent les abandonwares (FreeDos et co)

Si tu es réellement attaché à ton Orcad, il y a des solutions.
--
Post by JKB
o_/ DEMAINE Benoît-Pierre (aka DoubleHP) http://benoit.demaine.info/
If computing were an exact science, IT engineers would'nt have work \_o<

"So all that's left, Is the proof that love's not only blind but deaf."
(FAKE TALES OF SAN FRANCISCO, Arctic Monkeys)
olivier B.
2017-08-23 11:27:16 UTC
Permalink
Post by Jean-Christophe
Un circuit de régulation d'alim en composants
discrets (entrée à gauche, sortie à droite)
Le principe de base m'a l'air OK mais si
vous avez des commentaires c'est OK aussi.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgQ2Oerwh_01.gif
Ma question concerne surout la protection de cette alim
contre les C.C, avec une résistance en série sur la sortie
et 2 transistors en plus, pour abaisser la tension de référence.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHxgRufP5Ch_02.gif
Sur le papier ça me semble OK mais est-ce bien le cas ?
ça semble fonctionnel.
Perso, quitte à faire simple j'aurai tendance à ramener la mesure en
amont du ballast et faire cracher Q3 directement sur l’émetteur du
driver (Q9 je crois c'est petit!!!)
D13 (ou 15 ?) me semble superflue, par contre ça manque de filtrage en
sortie.

C'est pour alimenter quoi ?
Jean-Christophe
2017-08-24 10:48:20 UTC
Permalink
( l'idée ici est de n'utiliser que des composants discrets :
pas de μC ni portes logiques ni d'AOP ni même de 555 )

Temporisation d'un relais pour retarder l'apparition de la HT
sur les anodes. Ce montage est alimenté par une tension
stabilisée issue du secondaire BT du transfo d'alim HT/BT.

Loading Image...

Deux contacts NO du relais sont chacun en série, après
le secondaire du transfo HT et avant le pont de diodes.
Le switch 'standby' permet de couper momentanément la HT.
La zener pourrait être remplacée par deux 1N4148 en série.
Le NPN a sa tension d'émetteur imposée, la compare avec
sa tension base et alimente le relais lorsque Vb ≥ Ve+0,6
Le condo est chargé sous courant constant pour une tempo
assez longue sans devoir utiliser une trop grosse capacité.

Remarques & commentaires SVP ?
JKB
2017-08-24 11:19:43 UTC
Permalink
Le Thu, 24 Aug 2017 12:48:20 +0200,
Post by Jean-Christophe
pas de μC ni portes logiques ni d'AOP ni même de 555 )
Temporisation d'un relais pour retarder l'apparition de la HT
sur les anodes. Ce montage est alimenté par une tension
stabilisée issue du secondaire BT du transfo d'alim HT/BT.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHyktZZlzyh_05.gif
Deux contacts NO du relais sont chacun en série, après
le secondaire du transfo HT et avant le pont de diodes.
Le switch 'standby' permet de couper momentanément la HT.
La zener pourrait être remplacée par deux 1N4148 en série.
Le NPN a sa tension d'émetteur imposée, la compare avec
sa tension base et alimente le relais lorsque Vb ≥ Ve+0,6
Le condo est chargé sous courant constant pour une tempo
assez longue sans devoir utiliser une trop grosse capacité.
Remarques & commentaires SVP ?
Attention, ça va saigner :-P

Avant d'aller plus loin, je te conseille de lire attentivement
le bouquin disponible ici :

http://www.systella.fr/produits/un-peu-de-theorie/article/sequencement-des-alimentations

La charge d'espace met une trentaine de secondes a s'établir dans
des tubes de puissance (attention, je ne parle pas du début de la
conduction, mais de l'établissement complet de la charge d'espace).
Et il est important de laisser le chauffage allumé après
l'extinction de la haute tension, les mêmes causes générant les
mêmes effets. Parce que les grosses capacités de filtrage et les
bobines de 20H utilisées par les idiophiles vont gentiment se
décharger au travers des tubes refroidissant... Je ne te raconte pas
le carnage !...

Avec une cellule RC, tu peux gérer l'allumage. Mais tu auras
beaucoup de mal à traiter le cas de l'extinction et toutes les
autres conditions baroques. Je mettrais aussi le relais au primaire
du transfo. C'est de toute façon une très mauvaise idée d'utiliser
le même transformateur pour le chauffage et la haute tension,
surtout si on veut faire quelque chose de propre. On pouvait le
faire avec les tubes des années 50 ou 60, plus avec les tubes RoHS
actuels.

C'est pour cela que j'utilise toujours plusieurs alimentations
séparées.

JKB

PS: attention, si jamais tu traînes sur les forums Elektor parlant de
tubes, il y a deux ou trois personnes qui savent de quoi elles parlent.
Les autres sont à ranger dans la catégorie des idiophiles en folies,
modérateur compris. Et il y a des types qui prétendent savoir rien que
pour refiler leurs vieilleries NOS qui ne valent pas un pet aux idiophiles
en folie... La plupart des montages qui circulent ne valent pas un clou,
certains sont carrément dangereux et il ne faut _surtout_ pas le leur
dire.
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Benoit-Pierre DEMAINE
2017-08-24 12:04:10 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Remarques & commentaires SVP ?
Attention, ça va saigner :-P
Rien qu'en voyant son schémat, j'aiguisais ta hache :)
Post by JKB
Et il est important de laisser le chauffage allumé après
l'extinction de la haute tension, les mêmes causes générant les
mêmes effets.
Est-ce que ça implique qu'une coupure EDF ait une probabilité
significative de faire cramer des tubes ?

Si oui, comment tu y pallie ? Un gros condo pour maintenir un peu de
chauffage en cas de débranchement sauvage de la prise ? Carrément un
onduleur ? Un tube coûte moins chère qu'un onduleur, donc faut toujours en
avoir d'avance sur soi ?
--
Post by JKB
o_/ DEMAINE Benoît-Pierre (aka DoubleHP) http://benoit.demaine.info/
If computing were an exact science, IT engineers would'nt have work \_o<

"So all that's left, Is the proof that love's not only blind but deaf."
(FAKE TALES OF SAN FRANCISCO, Arctic Monkeys)
JKB
2017-08-24 12:29:59 UTC
Permalink
Le Thu, 24 Aug 2017 14:04:10 +0200,
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Remarques & commentaires SVP ?
Attention, ça va saigner :-P
Rien qu'en voyant son schémat, j'aiguisais ta hache :)
Post by JKB
Et il est important de laisser le chauffage allumé après
l'extinction de la haute tension, les mêmes causes générant les
mêmes effets.
Est-ce que ça implique qu'une coupure EDF ait une probabilité
significative de faire cramer des tubes ?
Une fois, ça va. Mais il ne faut pas que ça se produise trop
souvent.
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Si oui, comment tu y pallie ?
Onduleur ? ;-)
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Un gros condo pour maintenir un peu de
chauffage en cas de débranchement sauvage de la prise ?
Ça ne suffit pas. Dans le truc que je conçois actuellement, j'ai
10A/6,3V pour le chauffage et moins de 200mA pour la HT. Je ne vois
pas comment faire tenir des capacités assez grosses dans un boîtier.
Généralement, je colle un circuit de décharge rapide des capacités
de haute tension (moins de 1s) pour éviter les gros problèmes. En
1s, le tube n'a pas le temps de refroidir assez pour que cela
devienne problématique. En revanche, une haute tension qui met
plusieurs secondes à chuter est dangereuse.

J'ai aussi une autre sécurité, un MOSFET sur les cathodes des tubes
qui isole la cathode du circuit en cas de problème d'alimentation
(et des circuits équivalents à des diacs HT sur les tranfos de
sortie pour protéger ces transfos d'une coupure un peu rapide...).
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Carrément un
onduleur ? Un tube coûte moins chère qu'un onduleur, donc faut toujours en
avoir d'avance sur soi ?
C'est la répétition des allumages et extinctions "sauvages" qui
tuent les tubes. Lorsque c'est du tube tout venant, ce n'est pas
bien grave. Lorsqu'il s'agit de tubes spéciaux, c'est plus embêtant.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-24 12:39:57 UTC
Permalink
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Rien qu'en voyant son schémat, j'aiguisais ta hache :)
Je ne pense pas qu'il ait besoin d'un porte-flingue.
Il est assez grand pour se débrouiller tout seul, lui.
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Un gros condo pour maintenir un peu de chauffage
en cas de débranchement sauvage de la prise ?
:-)
Tu fais peut-être autorité en matière d'entretien,
assainissement, BTP, commercial, manutentionnaire,
livraison de pizzas, cuisine, jardinage, bricolage, etc ;
mais le reste je te suggère de l'utiliser qu'en suppositoire.
Et encore, pour enfants.
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Attention, ça va saigner :-P
Oui, plus de 30 s, pour un RC ça commence un peu à faire.
Mais entre une alim BT/HT brute sans aucune tempo,
et une machine à états, y'a quand même de la marge.
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
PS: attention, si jamais tu traînes sur les forums Elektor parlant de
tubes, il y a deux ou trois personnes qui savent de quoi elles parlent.
Les autres sont à ranger dans la catégorie des idiophiles en folies,
modérateur compris. Et il y a des types qui prétendent savoir rien que
pour refiler leurs vieilleries NOS qui ne valent pas un pet aux idiophiles
en folie... La plupart des montages qui circulent ne valent pas un clou,
certains sont carrément dangereux et il ne faut _surtout_ pas le leur
dire.
Ah non, je ne traine pas par là-bas. Déjà que j'avais déserté
pendant quelques annés usenet à cause des relous de service ...
Ici sur fse on a déjà notre lot de Bizounours.
JKB
2017-08-24 12:49:27 UTC
Permalink
Le Thu, 24 Aug 2017 14:39:57 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Attention, ça va saigner :-P
Oui, plus de 30 s, pour un RC ça commence un peu à faire.
Mais entre une alim BT/HT brute sans aucune tempo,
et une machine à états, y'a quand même de la marge.
Parce que ça ne te plaît pas, ça ?

Loading Image...

;-)

Sérieusement, je ne vois pas comment faire proprement sans avoir une
machine a états. Celle-ci peut être conçue directement à l'ancienne
(façon moi), ou plus simplement avec juste des bascules JK et des
PROM (pas des EPROM, Flash ou autres mémoire volatiles dans un
circuit comportant des tubes donc a priori _chaud_.). Exit donc les
microcontrôleurs à flash ou e(e)prom interne.

Si tu veux retirer l'automatisme (et la surveillance permettant de
mettre le circuit en protection), le plus efficace est de mettre un
interrupteur sur la haute tension et de faire l'allumage à la
main...

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-24 13:23:38 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
entre une alim BT/HT brute sans aucune tempo,
et une machine à états, y'a quand même de la marge.
"JKB"
Parce que ça ne te plaît pas, ça ?
http://www.systella.fr/IMG/png/gestion_alimentations-brd.svg.png
;-)
Sérieusement, je ne vois pas comment faire
proprement sans avoir une machine a états.
Oui. Je dis juste qu'entre "absolument tout" et "rien du tout"
il y a tout à fait de la place pour "mieux que rien".
Post by JKB
Celle-ci peut être conçue directement à l'ancienne
(façon moi), ou plus simplement avec juste des bascules JK et des
PROM (pas des EPROM, Flash ou autres mémoire volatiles dans un
circuit comportant des tubes donc a priori _chaud_.). Exit donc les
microcontrôleurs à flash ou e(e)prom interne.
Bon, si la séquence de mise sous tension est :
- Alim BT filaments ON, délai, alim HT anodes ON.
Et la séquence de mise hors tension :
- Alim HT anodes OFF, délai, alim BT filaments OFF.
Alors on peut bien se passer d'un μC sous-utilisé.

Et ce serait dommage de se passer d'un seul transfo d'alim,
en coupant ses secondaires BT et HT avec des contacts de relais.
Un VOX full tubes de 30 W pèse déjà plus de 30 kg ...
Post by JKB
Si tu veux retirer l'automatisme (et la surveillance permettant de
mettre le circuit en protection), le plus efficace est de mettre un
interrupteur sur la haute tension et de faire l'allumage à la
main...
Oui, mais là ça manque un peu d'élégance à mon goût.
Si tu savais l'usage que font les guitaristes
du switch de bypass HT de leur ampli à lampes ...
JKB
2017-08-24 13:50:08 UTC
Permalink
Le Thu, 24 Aug 2017 15:23:38 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
entre une alim BT/HT brute sans aucune tempo,
et une machine à états, y'a quand même de la marge.
"JKB"
Parce que ça ne te plaît pas, ça ?
http://www.systella.fr/IMG/png/gestion_alimentations-brd.svg.png
;-)
Sérieusement, je ne vois pas comment faire
proprement sans avoir une machine a états.
Oui. Je dis juste qu'entre "absolument tout" et "rien du tout"
il y a tout à fait de la place pour "mieux que rien".
Post by JKB
Celle-ci peut être conçue directement à l'ancienne
(façon moi), ou plus simplement avec juste des bascules JK et des
PROM (pas des EPROM, Flash ou autres mémoire volatiles dans un
circuit comportant des tubes donc a priori _chaud_.). Exit donc les
microcontrôleurs à flash ou e(e)prom interne.
- Alim BT filaments ON, délai, alim HT anodes ON.
- Alim HT anodes OFF, délai, alim BT filaments OFF.
Alors on peut bien se passer d'un μC sous-utilisé.
Et ce serait dommage de se passer d'un seul transfo d'alim,
en coupant ses secondaires BT et HT avec des contacts de relais.
Un VOX full tubes de 30 W pèse déjà plus de 30 kg ...
Mauvais argument. Le poids d'un transfo est fonction (linéaire en
première approximation) de la puissance à faire passer dans le
circuit. Le fait d'utiliser deux transfos n'ajoute rien au poids et
simplifie la vie (couper un 230V au primaire est un peu plus
simple).
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Si tu veux retirer l'automatisme (et la surveillance permettant de
mettre le circuit en protection), le plus efficace est de mettre un
interrupteur sur la haute tension et de faire l'allumage à la
main...
Oui, mais là ça manque un peu d'élégance à mon goût.
Si tu savais l'usage que font les guitaristes
du switch de bypass HT de leur ampli à lampes ...
JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-25 05:37:10 UTC
Permalink
Circuit d'alim des filaments par une rampe de tension.
(sans respecter les 90 V entre filament et cathode, vu)
à gauche alimenté en flottant par rapport à la masse
(enroulements indépendants) d'où à droite R13 = R18.
Loading Image...

Faudrait sans doute un darlington en Q1, sinon what else ?
Est-ce que des filaments en // ont une composante selfique
qui nécessiterait une diode en inverse sur la sortie ?
JKB
2017-08-25 06:56:30 UTC
Permalink
Le Fri, 25 Aug 2017 07:37:10 +0200,
Post by Jean-Christophe
Circuit d'alim des filaments par une rampe de tension.
Par une rampe de tension ? Qu'entends-tu par là ? Un soft start ?

Sinon, je n'ai pas creusé, mais quelques remarques :
- Q4/D12/R9 est une source de courant ;
- C10 va donc se charger, imposant la tension aux bornes de R17 ;
- problème : le pont diviseur R11/R17 contient deux intrus : R10 et
Q6 avec un courant non négligeable dans Q6. Quand C10 sera chargé
(au maximum à (V+-V-)-Vz-Vbcsat), tu imposera un courant dans R10
et tu essaie de forcer VR17=(V+-V-)-Vz-Vcesat-Vd, le tout sur
l'émetteur de Q6. C'est étrange si tu comptes l'utiliser en
feedback ;
- Vz va fluctuer en fonction de l'ondulation ;
- D13 ne sert à rien ;
- qu'elle est l'utilité de D9 ? Q1 fonctionne en régime linéaire et
les charges ne sont pas inductives ;
- une résistance en série avec le ballast serait d'assez bon goût.

En fait, je ne suis vraiment pas sûr que ça fonctionne. Ça
fonctionnera peut-être en polarisant comme un sagouin (fort courant
dans D12 pour être assez loin du coude, et fort courant dans R11).
Post by Jean-Christophe
(sans respecter les 90 V entre filament et cathode, vu)
90V par rapport à la cathode ? Ça fait un poil beaucoup.
Post by Jean-Christophe
à gauche alimenté en flottant par rapport à la masse
(enroulements indépendants) d'où à droite R13 = R18.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHymOWB7YVh_06.gif
R13 et R18 sont des concetés d'idiophiles (tu m'excuseras d'employer
ce terme). Si le filament est flottant, il n'y a pas d'établissement
de potentiel entre la cathode et le filament. On faisait cela en
alternatif, traditionnellement, pour des histoires historiques.
Post by Jean-Christophe
Faudrait sans doute un darlington en Q1, sinon what else ?
Est-ce que des filaments en // ont une composante selfique
qui nécessiterait une diode en inverse sur la sortie ?
Ton montage me semble scabreux (ou alors, je n'ai pas compris ton
raisonnement qui y aboutit). Les filaments sont sont pas vraiment
inductifs. Quelques dixièmes de secondes pour l'établissement de la
BT suffisent...

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Sylvain POURRE
2017-08-25 08:45:43 UTC
Permalink
Le 25/08/2017 à 08:56, JKB a écrit :
. Les filaments sont sont pas vraiment
Post by JKB
inductifs. Quelques dixièmes de secondes pour l'établissement de la
BT suffisent...
Bonjour,

Exact.
Par contre, ils présentent un fort Coefficient de Température Positif (CTP).
Leur résistance à frod (au démarrage) est très inférieure à leur
résistance à chaud (fonctionnement stabilisé).
C'est ce qui provoque un fort courant d'appel, à l'application de la
tension de chauffage. Pour peu que le filament est un "point faible",
c'est à ce moment qu'il va claquer (comme les lampes à incandescence).

Pour limiter ce courant, on peut mettre une résistance en série dans le
circuit de chauffage et la déconnecter au bout "d'un certain temps".

Nos anciens, qui n'étaient pas que des idiots, avaient un composant
fiable, ultra-simple, peu sensible à la HF, ne demandant pas
d'alimentation auxilliaire: Le relais temporisé à bilame.

Pour un tubes moins puissant et donc moins gourmand en chauffage, on
pourrait aussi envisager une thermistance CTN, en série dans le circuit
de chauffage. La simplicité se payant alors par une consommation
permanente supplémentaire.

Sylvain
JKB
2017-08-25 09:00:53 UTC
Permalink
Le Fri, 25 Aug 2017 10:45:43 +0200,
Post by JKB
. Les filaments sont sont pas vraiment
Post by JKB
inductifs. Quelques dixièmes de secondes pour l'établissement de la
BT suffisent...
Bonjour,
Exact.
Par contre, ils présentent un fort Coefficient de Température Positif (CTP).
Leur résistance à frod (au démarrage) est très inférieure à leur
résistance à chaud (fonctionnement stabilisé).
C'est ce qui provoque un fort courant d'appel, à l'application de la
tension de chauffage. Pour peu que le filament est un "point faible",
c'est à ce moment qu'il va claquer (comme les lampes à incandescence).
Certes, mais il y a longtemps que je n'ai plus vu de tubes qui passent
au blanc lors de l'allumage. J'en trouve encore dans du NOS (bien
que j'essaie toujours d'expliquer que, non, le NOS n'est pas
supérieur aux tubes modernes de JJ par exemple...), plus du tout
dans les tubes modernes mêmes fabriqués en Chine.

Les tubes 'standards' (comprendre ne passant pas par le blanc) ont
un démarrage bien plus doux même si le courant est plus fort. À tel
point que je me suis déjà demandé s'ils n'embarquaient pas ni vu ni
connu une CTN.

En tout cas, je n'ai encore jamais vu des tubes ne passant pas par le
blanc claquer à l'allumage comme une vulgaire ampoule à
incandescence.
Post by JKB
Pour limiter ce courant, on peut mettre une résistance en série dans le
circuit de chauffage et la déconnecter au bout "d'un certain temps".
Sinon, il doit me rester dans mon bric à brac des tubes à oxyde
d'uranium :-P

Je ne suis pas sûr que ce soit très RoHS, remarquez bien...
Post by JKB
Nos anciens, qui n'étaient pas que des idiots, avaient un composant
fiable, ultra-simple, peu sensible à la HF, ne demandant pas
d'alimentation auxilliaire: Le relais temporisé à bilame.
Je n'irais pas jusqu'à dire que le relais temporisé à bilame soit
fiable... Souvent, il colle un peu avec le temps.
Post by JKB
Pour un tubes moins puissant et donc moins gourmand en chauffage, on
pourrait aussi envisager une thermistance CTN, en série dans le circuit
de chauffage. La simplicité se payant alors par une consommation
permanente supplémentaire.
D'un autre côté, on n'est plus vraiment à ça près si on se permet de
réguler linéairement en sortie d'un pont de diodes...

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
bilou
2017-08-25 11:33:46 UTC
Permalink
Post by Sylvain POURRE
Par contre, ils présentent un fort Coefficient de Température Positif (CTP).
Leur résistance à frod (au démarrage) est très inférieure à leur
résistance à chaud (fonctionnement stabilisé).
C'est ce qui provoque un fort courant d'appel, à l'application de la
tension de chauffage. Pour peu que le filament est un "point faible",
c'est à ce moment qu'il va claquer (comme les lampes à incandescence).
Bonjour
Avant d'affirmer cela il n'est pas interdit de mesurer la résistance
a froid d'un filament.
Sur une lampe halogène de 150W elle correspond a la puissance a chaud.
En fait c'est très variable et chaque fois que l'appel de courant était
nuisible
on a remédié au problème.
Un radiateur de 3 KW n'en consomme pas 10 a la mise en route.
Dans un tube le filament sert souvent a chauffer une cathode donc on a toute
latitude pour choisir sa constitution.
Bien plus critique est la tension filament cathode qui elle cause des
pannes.
Les coupures de filament sont extrêmement rares.
Leur survoltage sur des CRC était monnaie courante.
Sur les magnétrons par contre on coupe ou sous volte le filament
après démarrage.
Le préchauffage avant application de la haute tension a plus
a voir avec le fonctionnement des divers getters et l'inertie
thermique des grosses cathodes.
Maintenir le chauffage après arrêt ne sert a rien sauf
a autoriser un démarrage instantané (secours chaud)
JKB
2017-08-26 22:05:50 UTC
Permalink
Le Fri, 25 Aug 2017 13:33:46 +0200,
Post by bilou
Maintenir le chauffage après arrêt ne sert a rien sauf
a autoriser un démarrage instantané (secours chaud)
Certainement pas. Si la HT reste sur le tube alors que la cathode
n'est plus émissive, il va se produire des phénomènes
préjudiciables. On doit couper le chauffage à partir du moment où la
HT est totalement retombée. Le problème n'est pas tant le tube que
la réserve d'énergie restant dans le circuit.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Benoit-Pierre DEMAINE
2017-08-27 20:22:48 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by bilou
Maintenir le chauffage après arrêt ne sert a rien sauf
Post by bilou
a autoriser un démarrage instantané (secours chaud)
Certainement pas. Si la HT reste sur le tube alors que la cathode
n'est plus émissive, il va se produire des phénomènes
préjudiciables. On doit couper le chauffage à partir du moment où la
HT est totalement retombée. Le problème n'est pas tant le tube que
la réserve d'énergie restant dans le circuit.
Il a dit de garder la résistance chaude, pour un démarrage rapide; il n'a
pas parlé de conserver la HT.

Quel est le problème de garder la HT ?

Quel est le problème de garder la lampe chaude sans HT ?

Est-ce que des problèmes de chauffe similaires peuvent arriver sur des
amplis radio qui n'utilisent PAS des lampes ? J'ai eu la joie de pouvoir
visiter une fois un relais TDF; ma question ne va porter que sur la partie
ampli installée dans la salle technique du relais; ni sur les antennes, ni
sur ce qui est à l'émetteur Parisien; en cas de panne sur un
émetteur-relais, tous les amplis sont doublés, par des machines
identiques; en cas d'absence de signal sur la sortie de l'émeteur, un
automate active automatiquement le relais de secours. L'absence de signal
doit être constatée sur au moins 10s, et confirmée par une absence de
signal à l'entrée; ensuite, le redondant est mis en préchauffage durant
60s; puis on attends encore 20s qu'il se stabilise avant de lui faire
envoyer la patate dans les antennes. Soit une coupure totale de 90s pour
le signal reçu par les habitants. On parle de relais d'environ 10W (de
mémoire; pour émettre un signal VHF-UHF sur 50-60km). A l'époque, vers
1990-1995, c'était des amplis hard; pas de décodage logiciel, pas de
firmware à booter; le technicien a bien parlé de "mise en chauffe".
Pourquoi ? Eviter un choc thermique ?

A part ces coupures spontannées pour cause de panne, il y avait une
bascule hebdomadaire pour les chaines 1-2-3 (chaque chaine disposant de
deux amplis chacuns; ça permet de faire la maintenance préventive sur
chaque ampli une semaine sur deux; l'ampli étant alors allumé 5mn
d'avance, pour permettre une bascule du signal avec une coupure de moins
de 3s; et c'était synchronisé entre la station émetrice, et tous les
relais de France: d'ou le petit grésillement vers minuit 05; toujours calé
sur une pub, ou une mire); pour 5 et 6, il y avait un seul ampli de
secours pour les deux chaines, et la bascule ne se faisait que suite à une
panne. (ou alors je confonds France 3 et M6). C+ était géré dans un local
différent.
--
Post by JKB
o_/ DEMAINE Benoît-Pierre (aka DoubleHP) http://benoit.demaine.info/
If computing were an exact science, IT engineers would'nt have work \_o<

"So all that's left, Is the proof that love's not only blind but deaf."
(FAKE TALES OF SAN FRANCISCO, Arctic Monkeys)
JKB
2017-08-27 20:56:13 UTC
Permalink
Le Sun, 27 Aug 2017 22:22:48 +0200,
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Post by JKB
Post by bilou
Maintenir le chauffage après arrêt ne sert a rien sauf
Post by bilou
a autoriser un démarrage instantané (secours chaud)
Certainement pas. Si la HT reste sur le tube alors que la cathode
n'est plus émissive, il va se produire des phénomènes
préjudiciables. On doit couper le chauffage à partir du moment où la
HT est totalement retombée. Le problème n'est pas tant le tube que
la réserve d'énergie restant dans le circuit.
Il a dit de garder la résistance chaude, pour un démarrage rapide; il n'a
pas parlé de conserver la HT.
Il sous-entendait après l'arrêt de la HT.
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Quel est le problème de garder la HT ?
Le problème est qu'il faut garder la cathode émissive tant que dure
la haute tension _et_ la tension de polarisation. Si tu coupes la
tension de polarisation alors que la HT et le chauffage sont encore
là, tu flingues la cathode ou l'anode parce que rien ne limite plus
le courant. Si tu coupes le chauffage alors que la haute tension est
encore là, tu finis par flinguer la cathode. C'est comme ça que les
chnoiseries tuent des tubes donnés pour 10k heures ou plus en
500 heures.

Donc, on coupe la HT et la polarisation, puis on coupe le
chauffage une fois qu'on est sûr qu'il n'y ait plus de HT
résiduelle.
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Quel est le problème de garder la lampe chaude sans HT ?
Aucun. Mais ça n'a aucun intérêt.
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Est-ce que des problèmes de chauffe similaires peuvent arriver sur des
amplis radio qui n'utilisent PAS des lampes ? J'ai eu la joie de pouvoir
visiter une fois un relais TDF; ma question ne va porter que sur la partie
ampli installée dans la salle technique du relais; ni sur les antennes, ni
sur ce qui est à l'émetteur Parisien; en cas de panne sur un
émetteur-relais, tous les amplis sont doublés, par des machines
identiques; en cas d'absence de signal sur la sortie de l'émeteur, un
automate active automatiquement le relais de secours. L'absence de signal
doit être constatée sur au moins 10s, et confirmée par une absence de
signal à l'entrée; ensuite, le redondant est mis en préchauffage durant
60s; puis on attends encore 20s qu'il se stabilise avant de lui faire
envoyer la patate dans les antennes. Soit une coupure totale de 90s pour
le signal reçu par les habitants. On parle de relais d'environ 10W (de
mémoire; pour émettre un signal VHF-UHF sur 50-60km). A l'époque, vers
1990-1995, c'était des amplis hard; pas de décodage logiciel, pas de
firmware à booter; le technicien a bien parlé de "mise en chauffe".
Pourquoi ? Eviter un choc thermique ?
Les composants dérivent en température. Il y a des histoires de
dérives de fréquence. Rien à voir avec le tubes. Pour les émeteurs
de fortes puissances, on n'envoie la sauce que lorsqu'ils sont
chauds pour éviter d'avoir de trop grandes dérives.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-28 08:31:59 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Post by JKB
Post by bilou
Maintenir le chauffage après arrêt ne sert a rien sauf
a autoriser un démarrage instantané (secours chaud)
Certainement pas. Si la HT reste sur le tube alors que la cathode
n'est plus émissive, il va se produire des phénomènes préjudiciables.
On doit couper le chauffage à partir du moment où la HT est
totalement retombée. Le problème n'est pas tant le tube que
la réserve d'énergie restant dans le circuit.
Il a dit de garder la résistance chaude, pour un démarrage
rapide; il n'a pas parlé de conserver la HT.
Il a aussi dit "Maintenir le chauffage après arrêt ne sert a rien",
et la réponse qui détaille la raison de ce séquencement
est totalement distincte de celle d'un "redémarrage rapide".
Post by JKB
Il sous-entendait après l'arrêt de la HT.
Forcément, sinon on aurait toujours à la fois la HT et la BT,
il ne s'agirait donc pas d'une mise hors tension
alors que c'est justement ce dont il était question.
Jean-Christophe
2017-08-28 09:08:22 UTC
Permalink
Post by JKB
il faut garder la cathode émissive
tant que dure la haute tension
Certains amplis (pour ne pas dire la grande majorité) ont
juste un switch qui coupe le primaire du transfo d'alim HT/BT.
La BT filament étant souvent directement un enroulement AC,
elle tombe aussitôt ; alors que la HT redressée en DC est
maintenue par les condos de filtrage et de découplage.
Donc la BT tombe alors que la HT reste toujours présente.
Post by JKB
_et_ la tension de polarisation.
D'après ce que j'ai pu voir :

Sur les amplis basse puissance, les pentodes de sortie ont leur grille à
la masse et sont polarisées via une résistance cathode/masse découplée.
Cette tension de polar disparait donc dès que la cathode n'est plus
émissive, c'est-à-dire dès qu'on coupe le jus sur les filaments.

Sur les amplis de plus forte puissance, la cathode est à la masse et
la grille polarisée via une résistance, sur une tension dérivée d'un
enroulement HT redressé et filtré à une tension DC négative ajustable.
Cette tension persiste tant que les condos de filtrage sont chargés,
donc même après que les filaments ne sont plus alimentés.
JKB
2017-08-29 09:15:06 UTC
Permalink
Le Mon, 28 Aug 2017 11:08:22 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
il faut garder la cathode émissive
tant que dure la haute tension
Certains amplis (pour ne pas dire la grande majorité) ont
juste un switch qui coupe le primaire du transfo d'alim HT/BT.
La BT filament étant souvent directement un enroulement AC,
elle tombe aussitôt ; alors que la HT redressée en DC est
maintenue par les condos de filtrage et de découplage.
Donc la BT tombe alors que la HT reste toujours présente.
Et c'est comme ça qu'on annonce fièrement qu'un tube donné pour 20k
heures est rincé au bout de 500 à 1000 heures...
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
_et_ la tension de polarisation.
Sur les amplis basse puissance, les pentodes de sortie ont leur grille à
la masse et sont polarisées via une résistance cathode/masse découplée.
Cette tension de polar disparait donc dès que la cathode n'est plus
émissive, c'est-à-dire dès qu'on coupe le jus sur les filaments.
Sur les amplis de plus forte puissance, la cathode est à la masse et
la grille polarisée via une résistance, sur une tension dérivée d'un
enroulement HT redressé et filtré à une tension DC négative ajustable.
Cette tension persiste tant que les condos de filtrage sont chargés,
donc même après que les filaments ne sont plus alimentés.
Tu fais des hypothèses qui n'engagent que toi :-P

De toute façon, avoir une tension d'anode alors que la cathode n'est
plus émissive est la mort annoncée du tube. C'est ce phénomène qui
explique entre autres pourquoi les bivalves lachaient toutes bien
avant les autres tubes des montages. La temporisation induite par le
chauffage de la bivalve protégeait les tubes suivants lors de
l'allumage. Quant à l'extinction tout baissait à peu près en même
temps. On sacrifiait les EZ81 et autres GZ35 pour sauver le reste.

Par ailleurs, la polarisation peut-être automatique ou non de
manière indépendante de la puisance de sortie.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Sylvain POURRE
2017-08-26 22:09:01 UTC
Permalink
Post by Otomatic
Bonjour
Avant d'affirmer cela il n'est pas interdit de mesurer la résistance
a froid d'un filament.
Sur une lampe halogène de 150W elle correspond a la puissance a chaud.
En fait c'est très variable et chaque fois que l'appel de courant était
nuisible
on a remédié au problème...
Bonsoir,

Avant d'affirmer cela, il n'est pas interdit de relire un traité
d'électricité et de se relire parce que, moi, je ne comprends rien à
votre bulgi bulga qui mélange résistance (en Ohm) et puissance à chaud
(en watt) ;-(

Sylvain
Benoit-Pierre DEMAINE
2017-08-27 20:07:06 UTC
Permalink
moi, je ne comprends rien à votre bulgi bulga qui mélange résistance (en
Ohm) et puissance à chaud (en watt)
Moi, j'ai compris de quoi il parlait; et j'estime avoir relativement bien
assimilé son propos.
--
o_/ DEMAINE Benoît-Pierre (aka DoubleHP) http://benoit.demaine.info/
If computing were an exact science, IT engineers would'nt have work \_o<

"So all that's left, Is the proof that love's not only blind but deaf."
(FAKE TALES OF SAN FRANCISCO, Arctic Monkeys)
bilou
2017-08-28 03:30:54 UTC
Permalink
Post by Benoit-Pierre DEMAINE
Moi, j'ai compris de quoi il parlait; et j'estime avoir relativement bien
assimilé son propos.
Bonjour
Mon propos résultait d'une fâcheuse tendance sur le net a propager
a l'infini de fausses infos alors qu'il est tout simple et a la portée
de tous de les vérifier.
Mesurer la résistance a froid d'un filament ou de n'importe quoi
est infiniment plus simple que celle a chaud .
olivier B.
2017-08-29 06:59:13 UTC
Permalink
Post by bilou
Mesurer la résistance a froid d'un filament ou de n'importe quoi
est infiniment plus simple que celle a chaud .
N'exagérons pas non plus, insérer un ampèremètre dans un circuit
filament ça doit pas être infiniment compliqué.

Je me souviens d'un débat sur la différence de résistance à froid et à
chaud de filaments d'ampoules, et bien que j'étais persuadé de cette
différence les mesures m'ont laissé dubitatif, allez j'enfonce une porte
ouverte en disant que ça doit être très dépendant du matériaux
utilisé.
jules
2017-08-29 18:48:21 UTC
Permalink
Post by olivier B.
Post by bilou
Mesurer la résistance a froid d'un filament ou de n'importe quoi
est infiniment plus simple que celle a chaud .
ça peut brûler.
Post by olivier B.
N'exagérons pas non plus, insérer un ampèremètre dans un circuit
filament ça doit pas être infiniment compliqué.
Je me souviens d'un débat sur la différence de résistance à froid et à
chaud de filaments d'ampoules, et bien que j'étais persuadé de cette
différence les mesures m'ont laissé dubitatif, allez j'enfonce une porte
ouverte en disant que ça doit être très dépendant du matériaux
utilisé.
Ben non c'est du vrai.
Une gradateur de studio de télévision pour une lampe de 2200 W en 220 V
voit passer 10 ampères en production.
Malheureusement si la commande arrive au top du réseau à 340 V le
courant "à chaud" vaut 14 A.
Le filament résiste à 22 Ohm à 3000°C.

L'ampoule à incandescence utilisée en éclairage est un dipôle non
linéaire. Pour les lampes à filament de tungstène, on peut représenter
la variation de résistance avec la température par la loi :
Rt = R0(1 +a.t + b.t2).
Si on exprime la température en °C, les valeurs des coefficients a et b
sont :
a = 4,8 10-3 (Ω.°C-1), et b = 5,1 10-7 ((Ω2.°C-2).

Merci
http://ressources.univ-lemans.fr/AccesLibre/UM/Pedago/physique/02/electri/ampoule.html

A froid on trouve une résistance de 1.5 Ohm seulement.

C'est dire que si l'armoire du studio contient 24 circuits l'appel de
courant sera "important" pendant les premières alternances du secteur.

C'est aussi pour ça que les thyristors acceptent des surcharges
importantes en courant pendant une alternance du réseau.
Average on-state current (180 °Conduction angle) : 16 A
Non repetitive surge peak on-state current : 8.3 ms 314 A

Merci :
https://www.astuces-pratiques.fr/maison/consommation-d-une-ampoule-halogene-incandescence-au-demarrage
JKB
2017-08-29 19:05:56 UTC
Permalink
Le Tue, 29 Aug 2017 20:48:21 +0200,
Post by jules
C'est aussi pour ça que les thyristors acceptent des surcharges
importantes en courant pendant une alternance du réseau.
Average on-state current (180 °Conduction angle) : 16 A
Non repetitive surge peak on-state current : 8.3 ms 314 A
On colle toujours une charge inductive derrière un thyristor pour
éviter les dV/dt destructifs.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
olivier B.
2017-08-30 10:42:24 UTC
Permalink
Post by jules
Post by olivier B.
Post by bilou
Mesurer la résistance a froid d'un filament ou de n'importe quoi
est infiniment plus simple que celle a chaud .
ça peut brûler.
Post by olivier B.
N'exagérons pas non plus, insérer un ampèremètre dans un circuit
filament ça doit pas être infiniment compliqué.
Je me souviens d'un débat sur la différence de résistance à froid et à
chaud de filaments d'ampoules, et bien que j'étais persuadé de cette
différence les mesures m'ont laissé dubitatif, allez j'enfonce une porte
ouverte en disant que ça doit être très dépendant du matériaux
utilisé.
Ben non c'est du vrai.
Ben j'ai pas dit que c'était faux.
Tu as mesuré la résistance à froid de différentes ampoules ou tu es
juste resté sur de la théorie ?

Jean-Christophe
2017-08-25 09:33:30 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Circuit d'alim des filaments par une rampe de tension.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHymOWB7YVh_06.gif
"JKB"
Par une rampe de tension ? Qu'entends-tu par là ? Un soft start ?
Lors de la mise sous tension on applique sur les filaments un brusque
échelon de tension à basse impédance : étant froids leur résistance
est faible et ils se prendront une brusque impulsion de courant.
Le but de les alimenter par une rampe de tension est de maintenir une
montée de courant progressive pour ne pas diminuer leur durée de vie.
Post by JKB
- Q4/D12/R9 est une source de courant ;
- C10 va donc se charger, imposant la tension aux bornes de R17 ;
- problème : le pont diviseur R11/R17 contient deux intrus : R10 et
Q6 avec un courant non négligeable dans Q6. Quand C10 sera chargé
(au maximum à (V+-V-)-Vz-Vbcsat), tu imposera un courant dans R10
et tu essaie de forcer VR17=(V+-V-)-Vz-Vcesat-Vd, le tout sur
l'émetteur de Q6.
C'est étrange si tu comptes l'utiliser en feedback ;
L'ensemble R10 Q6 Q1 R11 R17 est un ampli
(sur ce crobard on néglige Vbe_Q6 mais c'est l'idée)
Loading Image...

Une fois amplifiée, la rampe de tension sur la base de Q6
se retrouve à basse impédance sur le collecteur de Q1.
Ca augmente l'amplitude de tension de la rampe pour mieux
approcher la tension d'alim et diminuer la puissance sur Q1,
et ça augmente aussi l'impédance vue par Q4 et C10.
Post by JKB
- Vz va fluctuer en fonction de l'ondulation ;
L'alim [+ -] qui est à gauche est par hypothèse régulée.
Mais on peut ajouter un condo en // sur la zener D12.
Post by JKB
- D13 ne sert à rien ;
Elle sert à vite vider C10 lors de la mise hors-tension, pour s'assurer
que sa tension soit nulle si on remet sous tension peu après ;
sinon la rampe ne repartirait pas à partir de zéro.
Post by JKB
- qu'elle est l'utilité de D9 ?
Okay, on peut la virer.
Post by JKB
Q1 fonctionne en régime linéaire et les charges ne sont pas inductives ;
- une résistance en série avec le ballast serait d'assez bon goût.
Pourquoi ? La tension de sortie croît à partir de zéro,
donc le courant croît aussi à partir de zéro.
Post by JKB
En fait, je ne suis vraiment pas sûr que ça fonctionne.
Ca génère bien une rampe linéaire de pente
dV/dt proportionnelle à (Vz - 0,6) / (R9 . C10)
multiplié par le gain en tension de l'ampli Q6.Q1.
Post by JKB
Ça fonctionnera peut-être en polarisant comme un sagouin (fort courant
dans D12 pour être assez loin du coude, et fort courant dans R11)
Avec pour Q4 un gain en courant suffisant, le courant dans sa base sera
négligeable devant le courant dans D12, sans que ce dernier n'ait besoin
d'être surdimensionné. R11 et R17 fixent le gain en tension, elles n'ont pas
besoin d'être faibles. Avec pour Q6 un gain en courant assez conséquent,
l'impédance vue depuis sa base sera assez élevée pour que la rampe reste
raisonnablement linéaire.
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
(sans respecter les 90 V entre filament et cathode, vu)
90V par rapport à la cathode ? Ça fait un poil beaucoup.
Extrait de ton bouquin ;-p
Loading Image...

Quelle tension faudrait-il pour des 12AX7, EL84, EL34 ?
Je peux la fixer en l'appliquant entre la masse de
l'autre alim et le point de jonction de R13 et R18.
Post by JKB
R13 et R18 sont des concetés d'idiophiles (tu m'excuseras d'employer
ce terme). Si le filament est flottant, il n'y a pas d'établissement
de potentiel entre la cathode et le filament.
Il y a toujours un potentiel en chaque point d'un circuit, donc
forcément une différence de potentiel entre 2 points arbitraires.
Là ce qui me gêne est que la tension filament/cathode
reste flottante au lieu d'être imposée et bien déterminée.
Post by JKB
On faisait cela en alternatif, traditionnellement,
pour des histoires historiques.
Ok, en alternatif ; alors que là on les alimente en continu
justement pour supprimer le hum à 50 Hz ou 100 Hz.

Qu'y a-t-il d'idiot à vouloir fixer le potentiel
filament/cathode au lieu de le laisser flottant ?
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Faudrait sans doute un darlington en Q1, sinon what else ?
Ton montage me semble scabreux (ou alors,
je n'ai pas compris ton raisonnement qui y aboutit).
Lors de la mise sous tension, ce montage génère une rampe
qui évite une brusque impulsion de courant dans les filaments,
dans le but d'augmenter leur durée de vie.
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Est-ce que des filaments en // ont une composante selfique
qui nécessiterait une diode en inverse sur la sortie ?
Les filaments sont sont pas vraiment inductifs.
Okay.
Post by JKB
Quelques dixièmes de secondes pour l'établissement de la BT suffisent
Avec une grosse impulsion de courant dans les
filaments encore froids à la mise sous tension.

Le seul truc que je vois dans ce montage qui impose une rampe de
tension V, c'est que la résistance R des filaments n'étant pas linéaire,
le courant V/R qui les traverse ne sera pas une rampe linéaire ...
Est-ce que ce ne serait pas mieux de générer une rampe de courant,
par exemple avec un feedback via une résistance série ?
JKB
2017-08-25 10:14:06 UTC
Permalink
Le Fri, 25 Aug 2017 11:33:30 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Circuit d'alim des filaments par une rampe de tension.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHymOWB7YVh_06.gif
"JKB"
Par une rampe de tension ? Qu'entends-tu par là ? Un soft start ?
Lors de la mise sous tension on applique sur les filaments un brusque
échelon de tension à basse impédance : étant froids leur résistance
est faible et ils se prendront une brusque impulsion de courant.
Le but de les alimenter par une rampe de tension est de maintenir une
montée de courant progressive pour ne pas diminuer leur durée de vie.
Ce n'est pas cela qui va réduire la durée de vie d'un tube
'moderne'. Encore une fois une limitation de courant ou un vulgaire
soft start suffisent amplement, le mieux étant l'ennemi du bien. En
effet, si ta rampe est trop lente, il pourrait se passer des choses
imprévues.
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
- Q4/D12/R9 est une source de courant ;
- C10 va donc se charger, imposant la tension aux bornes de R17 ;
- problème : le pont diviseur R11/R17 contient deux intrus : R10 et
Q6 avec un courant non négligeable dans Q6. Quand C10 sera chargé
(au maximum à (V+-V-)-Vz-Vbcsat), tu imposera un courant dans R10
et tu essaie de forcer VR17=(V+-V-)-Vz-Vcesat-Vd, le tout sur
l'émetteur de Q6.
C'est étrange si tu comptes l'utiliser en feedback ;
L'ensemble R10 Q6 Q1 R11 R17 est un ampli
(sur ce crobard on néglige Vbe_Q6 mais c'est l'idée)
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHzhMR1ErDh_08.gif
Une fois amplifiée, la rampe de tension sur la base de Q6
se retrouve à basse impédance sur le collecteur de Q1.
Ca augmente l'amplitude de tension de la rampe pour mieux
approcher la tension d'alim et diminuer la puissance sur Q1,
et ça augmente aussi l'impédance vue par Q4 et C10.
Post by JKB
- Vz va fluctuer en fonction de l'ondulation ;
L'alim [+ -] qui est à gauche est par hypothèse régulée.
Mais on peut ajouter un condo en // sur la zener D12.
Post by JKB
- D13 ne sert à rien ;
Elle sert à vite vider C10 lors de la mise hors-tension, pour s'assurer
que sa tension soit nulle si on remet sous tension peu après ;
sinon la rampe ne repartirait pas à partir de zéro.
Et tu la vides pas quel chemin ? Un effet capacitif avec un
tournevis testeur ? Il y a de fortes chances que C10 se décharge par
Q6 et R17 plutôt que par Q1 lorsque l'alimentation générale est
coupée.
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
- qu'elle est l'utilité de D9 ?
Okay, on peut la virer.
Post by JKB
Q1 fonctionne en régime linéaire et les charges ne sont pas inductives ;
- une résistance en série avec le ballast serait d'assez bon goût.
Pourquoi ? La tension de sortie croît à partir de zéro,
donc le courant croît aussi à partir de zéro.
Et en régime stabilisé, tu peux avoir un vrai radiateur...
Mettre une résistance en série permet de mettre plusieurs
transistors (donc évite un radiateur, attention, une résistance par
transistor). Ça permet aussi d'aller jusqu'à la saturation de Q1
sereinement.
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
En fait, je ne suis vraiment pas sûr que ça fonctionne.
Ca génère bien une rampe linéaire de pente
dV/dt proportionnelle à (Vz - 0,6) / (R9 . C10)
multiplié par le gain en tension de l'ampli Q6.Q1.
Post by JKB
Ça fonctionnera peut-être en polarisant comme un sagouin (fort courant
dans D12 pour être assez loin du coude, et fort courant dans R11)
Avec pour Q4 un gain en courant suffisant, le courant dans sa base sera
négligeable devant le courant dans D12, sans que ce dernier n'ait besoin
d'être surdimensionné. R11 et R17 fixent le gain en tension, elles n'ont pas
besoin d'être faibles. Avec pour Q6 un gain en courant assez conséquent,
l'impédance vue depuis sa base sera assez élevée pour que la rampe reste
raisonnablement linéaire.
En fait, tu aimes bien faire compliqué. Ton schéma demande une
régulation en amont. Le schéma :

http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/media/blogs/loubardes/filament_300mA.png

contient déjà un soft start.
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
(sans respecter les 90 V entre filament et cathode, vu)
90V par rapport à la cathode ? Ça fait un poil beaucoup.
Extrait de ton bouquin ;-p
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHzhJFohE7h_07.gif
Il me semble qu'il y a une erreur. Je suppose qu'il faut lire Ef
5,7V pour la courbe du bas.

Ouvre bien les datasheet avant de faire n'importe quoi. De mémoire,
pour les ECC8x (de mémoire, hein, pas taper), Vhkmax est de 180V.

Pour les EL84 et EL34, on doit être à 90 ou 100V (en polarisation
_statique_). Attention à la tension alternative qui peut se
rajouter.
Post by Jean-Christophe
Quelle tension faudrait-il pour des 12AX7, EL84, EL34 ?
Soit tu restes flottant, soit tu te mets à 20 ou 30V au dessus de la
cathode. Les idiophiles qui prétendent qu'il faut polariser les
tubes de préamplis 30V au dessus de la cathode et les tubes de
puissance 30V en dessous n'ont rien compris. Il faut être au dessus
pour éviter les problèmes d'isolation.
Post by Jean-Christophe
Je peux la fixer en l'appliquant entre la masse de
l'autre alim et le point de jonction de R13 et R18.
Post by JKB
R13 et R18 sont des concetés d'idiophiles (tu m'excuseras d'employer
ce terme). Si le filament est flottant, il n'y a pas d'établissement
de potentiel entre la cathode et le filament.
Il y a toujours un potentiel en chaque point d'un circuit, donc
forcément une différence de potentiel entre 2 points arbitraires.
Là ce qui me gêne est que la tension filament/cathode
reste flottante au lieu d'être imposée et bien déterminée.
Si elle est flottante, elle ne gênera pas. Elle se mettra
d'elle-même à ce qui l'arrangera le mieux. Demande aux physiciens
avec leurs tournevis testeurs :-P
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
On faisait cela en alternatif, traditionnellement,
pour des histoires historiques.
Ok, en alternatif ; alors que là on les alimente en continu
justement pour supprimer le hum à 50 Hz ou 100 Hz.
Qu'y a-t-il d'idiot à vouloir fixer le potentiel
filament/cathode au lieu de le laisser flottant ?
Rien. Mais il ne faut pas le fixer n'importe comment. Je connais un
type qui a fait exploser un ampli en fixant les polarisations du
chauffage filament (un tube avait sa cathode à plus de 130V, en
flottant, tout s'équilibrait à peu près et ça passait, en fixant le
chauffage au 0, on était hors specs et le tube a flashé entraînant
quelques dégâts collatéraux.).
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Faudrait sans doute un darlington en Q1, sinon what else ?
Ton montage me semble scabreux (ou alors,
je n'ai pas compris ton raisonnement qui y aboutit).
Lors de la mise sous tension, ce montage génère une rampe
qui évite une brusque impulsion de courant dans les filaments,
dans le but d'augmenter leur durée de vie.
Mouaips. Pas convaincu du tout.
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
Post by Jean-Christophe
Est-ce que des filaments en // ont une composante selfique
qui nécessiterait une diode en inverse sur la sortie ?
Les filaments sont sont pas vraiment inductifs.
Okay.
Post by JKB
Quelques dixièmes de secondes pour l'établissement de la BT suffisent
Avec une grosse impulsion de courant dans les
filaments encore froids à la mise sous tension.
N'oublie pas non plus le courant max généré par l'alimentation et la
montée naturellement en tension de cette alimentation.
Post by Jean-Christophe
Le seul truc que je vois dans ce montage qui impose une rampe de
tension V, c'est que la résistance R des filaments n'étant pas linéaire,
le courant V/R qui les traverse ne sera pas une rampe linéaire ...
Est-ce que ce ne serait pas mieux de générer une rampe de courant,
par exemple avec un feedback via une résistance série ?
Fais donc simple... Un soft start suffit amplement. Ce n'est pas
cela qui tue un tube. Je vais même jusqu'à dire qu'une montée trop
lente en température pourrait être dangereuse car tes filaments ne
sont pas équilibrés.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-25 11:18:40 UTC
Permalink
Post by Jean-Christophe
Le but de les alimenter par une rampe de tension est de maintenir une
montée de courant progressive pour ne pas diminuer leur durée de vie.
"JKB"
Ce n'est pas cela qui va réduire la durée de vie d'un tube 'moderne'.
Encore une fois une limitation de courant ou un vulgaire soft start
suffisent amplement, le mieux étant l'ennemi du bien. En effet, si ta
rampe est trop lente, il pourrait se passer des choses imprévues.
On applique la HT qu'après que les cathodes soient chaudes.
Là ce montage revient à augmenter la durée de la montée en tension
de l'alim. Ca n'influe vraiment pas sur la durée de vie des filaments ?
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
- D13 ne sert à rien ;
Elle sert à vite vider C10 lors de la mise hors-tension, pour s'assurer
que sa tension soit nulle si on remet sous tension peu après ;
sinon la rampe ne repartirait pas à partir de zéro.
Et tu la vides pas quel chemin ?
Via D13 elle suit la baisse de tension du rail positif d'alim.
Post by Jean-Christophe
La tension de sortie croît à partir de zéro,
donc le courant croît aussi à partir de zéro.
Et en régime stabilisé, tu peux avoir un vrai radiateur...
Mettre une résistance en série permet de mettre plusieurs
transistors (donc évite un radiateur, attention, une résistance par
transistor). Ça permet aussi d'aller jusqu'à la saturation de Q1
sereinement.
Okay.
Ouvre bien les datasheet avant de faire n'importe quoi. De mémoire,
pour les ECC8x (de mémoire, hein, pas taper), Vhkmax est de 180V.
Pour les EL84 et EL34, on doit être à 90 ou 100V (en polarisation
_statique_).
Yep, après vérif JJ donne des U(k,f) max de
180 V pour 12AX7 et 12AU7,
90 V pour 12AT7 et 12AY7,
100 V pour EL84 et EL34.
Soit tu restes flottant, soit tu te mets à
20 ou 30V au dessus de la cathode.
Okay.
Post by Jean-Christophe
Là ce qui me gêne est que la tension filament/cathode
reste flottante au lieu d'être imposée et bien déterminée.
Si elle est flottante, elle ne gênera pas. Elle se mettra
d'elle-même à ce qui l'arrangera le mieux.
Demande aux physiciens avec leurs tournevis testeurs :-P
Arf !
Post by Jean-Christophe
Qu'y a-t-il d'idiot à vouloir fixer le potentiel
filament/cathode au lieu de le laisser flottant ?
Rien. Mais il ne faut pas le fixer n'importe comment. Je connais un
type qui a fait exploser un ampli en fixant les polarisations du
chauffage filament (un tube avait sa cathode à plus de 130V, en
flottant, tout s'équilibrait à peu près et ça passait, en fixant le
chauffage au 0, on était hors specs et le tube a flashé entraînant
quelques dégâts collatéraux.).
Fais donc simple... Un soft start suffit amplement.
Uh.
JKB
2017-08-25 11:33:43 UTC
Permalink
Le Fri, 25 Aug 2017 13:18:40 +0200,
Post by Jean-Christophe
Post by Jean-Christophe
Le but de les alimenter par une rampe de tension est de maintenir une
montée de courant progressive pour ne pas diminuer leur durée de vie.
"JKB"
Ce n'est pas cela qui va réduire la durée de vie d'un tube 'moderne'.
Encore une fois une limitation de courant ou un vulgaire soft start
suffisent amplement, le mieux étant l'ennemi du bien. En effet, si ta
rampe est trop lente, il pourrait se passer des choses imprévues.
On applique la HT qu'après que les cathodes soient chaudes.
Plus exactement après l'établissement de la charge d'espace.
Post by Jean-Christophe
Là ce montage revient à augmenter la durée de la montée en tension
de l'alim. Ca n'influe vraiment pas sur la durée de vie des filaments ?
Je n'ai pas dit qu'il fallait avoir un échelon de tension aux bornes
du filament non plus. Parce que le circuit étant toujours plus ou
moins passe bas, il y aura une surtension. Mais un soft start comme
on le fait avec les systèmes à transistor suffit. D'autant que tu ne
prends jamais en compte le fait que tu as plusieurs tubes en
_parallèle_ avec des caractéristiques de filaments différents. Si
vraiment tu veux rentrer là-dedans, il faudrait pour bien faire les
équilibrer (avec des résistances).

Les tubes modernes ont des filaments qui sont plus proches de la
résistance d'un grille-pain ou d'un four que d'une ampoule et ne
vont pas claquer comme ça. Même dans les anciens, en dehors de
certains fabricants qui n'ont jamais réussià faire la différence
entre un filament d'ampoule à incandescence et un filament de
chauffage, il n'y a pas beaucoup de risque.
Post by Jean-Christophe
Post by Jean-Christophe
Post by JKB
- D13 ne sert à rien ;
Elle sert à vite vider C10 lors de la mise hors-tension, pour s'assurer
que sa tension soit nulle si on remet sous tension peu après ;
sinon la rampe ne repartirait pas à partir de zéro.
Et tu la vides pas quel chemin ?
Via D13 elle suit la baisse de tension du rail positif d'alim.
Je n'ai plus ton schéma sous la main, mais ça m'étonnerait un peu
tout de même. Il y a un truc qui m'a fait tiquer.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Jean-Christophe
2017-08-28 12:58:45 UTC
Permalink
Faisant fi contre vents & marées ...

Je comptais éviter le transfo HT/BT en utilisant 2 transfos BT standards.
Un avantage est que le contact relais de coupure HT est en amont en BT.
Loading Image...

Mais un seul transfo c'est pas plus mal
Loading Image...
JKB
2017-08-29 09:27:11 UTC
Permalink
Le Mon, 28 Aug 2017 14:58:45 +0200,
Post by Jean-Christophe
Faisant fi contre vents & marées ...
Je comptais éviter le transfo HT/BT en utilisant 2 transfos BT standards.
Un avantage est que le contact relais de coupure HT est en amont en BT.
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHCm32LQeTh_12.gif
Mais un seul transfo c'est pas plus mal
http://www.cjoint.com/doc/17_08/GHCmX4tkVkh_10.gif
Mouais. Tu aimes bien les radiateurs. Un conseil, évite de mettre la
masse de la HT à la terre.

Sinon, personnellement, j'utilise un seul transformateur 24V à
plusieurs enroulements :
1- 24V régulé par hacheur à 6,3V (à 30V de la masse de la HT)
2- 24V régulé par hacheur à 6,3V (à 140V de la masse de la HT)
3- 24V non régulé, redressé et passant dans un hacheur à 100 kHz
(avec un transfo résonnant Wuerth) permettant de réguler
efficacement la HT et la tension de bias (commandé par un relais sur
le 24V alternatif).

Autre chose, utilise un condensateur aux bornes du relais. Ça
pourrait coller.

JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Continuer la lecture sur narkive:
Loading...